Comment désamorcer ses émotions négatives ?

pierres-plage-zen

Avant de voir comment désamorcer ses émotions négatives, il est important qu’on définisse quelques termes.

La différence entre intérioriser/refouler et désamorcer ses émotions négatives

Qu’est-ce qu’intérioriser/refouler ses émotions négatives ?

Intérioriser/refouler ses émotions négatives, c’est ne pas leur donner de considération.

C’est les ignorer.

Ne rien laisser transparaître.

C’est faire en sorte d’essayer d’oublier.

De passer à autre chose.

C’est typiquement ce qu’on doit éviter.

Tout ce que tu fais, c’est accumuler et subir ces mêmes émotions.

Donc, certains finissent par saturer, d’autres exploser.

C’est comme couper le son d’un bug Windows.

Ne pas l’entendre ne corrige pas le bug.

Par conséquent, ce n’est pas une solution viable.

Que signifie désamorcer ses émotions négatives ?

Désamorcer ses émotions négatives, c’est au contraire leur donner de la considération.

Ne pas les refouler.

S’interroger sur leur nature.

Et une fois que tu as identifié les causes de ces émotions, tu peux mieux les appréhender.

Ça te permet de ne plus les subir et de retrouver un état calme vis-à-vis de celle-ci.

Elles deviennent par la suite inoffensive.

Si tu n’as pas lu l’article sur “Comment apprendre à s’écouter soi-même“, je te le recommande.

En d’autres termes, apprendre à s’écouter soi-même est un must.

Parce que ça te permet d’identifier les causes de tes émotions négatives et de pouvoir les traiter.

Non sérieux. Lis. T’inquiètes.

Maintenant, on va pouvoir aborder le sujet principal de cet article.

Comment désamorcer ses émotions négatives ?

Chaque émotion négative peut avoir ses spécificités.

Que ce soit la colère, la culpabilité, le regret, la tristesse ou encore le stress.

Mais je t’assure que le processus pour les désamorcer est le même.

Étape 1 : Prendre du recul

Savoir prendre du recul pour s’interroger sur nos émotions négatives est important.

Et ça implique de ne pas réagir à chaud, car généralement ça ne fait qu’empirer les situations.

Mais même si on a déjà réagi ce n’est pas trop tard.

Une situation peut nous énerver toute notre vie tant qu’on ne l’a pas désamorcée.

Par moment, tu vas repenser à des situations passées et tu vas serrer le poing.

Ton rythme cardiaque va augmenter.

Et des petites veines frontales peuvent aussi apparaître (lool).

Enfin bref, typiquement le truc qui nous arrive quand on “laisse couler”.

Les émotions négatives ne sont pas comme des blessures physiques.

Ça ne s’en va pas avec le temps. 

C’est pourquoi, il est nécessaire de les désamorcer.

Et pour ça il faut prendre du recul sur la question.

J’aime bien faire un petit bilan de ma journée le soir.

Histoire de savoir ce qui a été bon et moins bon.

Donc ça me permet de m’interroger, de trouver des axes d’améliorations.

Pour ensuite faire des petites recherches sur mes problèmes si nécessaire.

Étape 2 : Identifier le problème et rechercher des solutions

Je te le répète, mais c’est le plus important.

Pouvoir mettre le doigt sur le problème te permettra de trouver des solutions pour le résoudre.

Je te repose l’article “Comment apprendre à s’écouter soi-même“.

Beaucoup de détails de cet article te permettront de dépasser cette deuxième étape.

Étape 3 : Trois façons de désamorcer une émotion négative

Après avoir identifié les causes et trouvé des solutions.

Tu auras 3 façons de désamorcer ces émotions négatives.

La première : Changer sa façon de penser

Pour désamorcer une émotion négative, on passe toujours par cette phase.

On apprend à reconsidérer notre perception d’une situation.

Par exemple, une personne te manque de respect sur internet.

Pour beaucoup, le premier réflexe ce sera de se concentrer sur tous les éléments énervants.

“Il n’a pas à me manquer de respect”, “Les gens se permettent trop de choses sur internet”, etc.

On a tendance à se concentrer sur les éléments qui nous font le plus chier.

C’est comme nourrir nos démons pour leur permettre de nous ronger davantage.

Dans cette situation, changer sa perception de celle-ci donnerait :

“Je m’en fou d’avoir le respect d’un inconnu, de surcroît sur internet”

“L’avis d’un inconnu n’est pas important et ne changera rien à ma vie”

“Si j’éteins mon téléphone, cette personne n’existe plus”

Tu ne seras peut-être pas d’accord ni réceptif à ces façons de penser.

Donc, tu dois trouver des raisons de désamorcer ces émotions qui conviennent à ton esprit.

Chacun peu désamorcer ses émotions à partir de réflexions plus ou moins différentes.

Une fois que tu les auras trouvées, tes émotions négatives seront désamorcées.

Tu passeras plus facilement à autre chose.

Chacun peut avoir ses propres idées permettant de désamorcer certaines situations

En d’autres termes, juste changer ta façon de penser ne suffit pas toujours.

La deuxième : Changer sa façon d’agir

Un changement de perception doit parfois s’accompagner avec de nouvelles façons d’agir.

Par exemple, j’étais souvent agacé lorsque je prenais les transports en commun.

Car les retards me donnaient l’impression de perdre mon temps.

J’arrivais en retard et mon école pensait que je n’étais pas sérieux.

1H30 de route et je me levais déjà super tôt pour arriver à l’heure.

Sentiment d’énervement, d’agacement et de frustration.

C’était un souci récurrent, mais heureusement, je vivais mon petit déclic.

J’apprenais à gérer mes émotions pendant cette période, et c’est plutôt bien tombé.

Au lieu de ne rien faire de ces longs trajets, j’écoutais des audiobooks ou lisait des ebooks.

Depuis, j’en ai toujours un ou deux qui traînent dans mon téléphone.

Que ce soit pour les transports en commun, les salles d’attente, l’avion, longs trajets, etc.

Pour les retards, j’ai appris tardivement que je pouvais demander un justificatif à la RATP.

Pour mes rendez-vous plus importants, éviter les transports autant que possible.

Ou y aller vraiment plus tôt pour éviter les multitudes d’imprévus.

Conclusion, plus subir ses émotions négatives, c’est aussi savoir faire face aux situations qui les causent.

La troisième : Lâcher-prise

Beaucoup de gens perdent trop de temps à blâmer les circonstances.

J’ai fait partie de ces gens.

Pour reprendre l’exemple du train.

Il arrive en retard, ça te fout les boules.

Et par habitude, tu vas mettre toute ton énergie à blâmer les circonstances.

Des plaintes et des pensées qui vont contribuer à de merveilleux ulcères.

Le lâcher-prise n’a rien de magique.

Une fois que les problèmes sont là, si tu ne peux rien y faire pour les éviter…

Tu fais avec.

Il est plus sage de trouver des solutions pour rendre ces circonstances agréables.

Et/ou au moins faire en sorte qu’elles ne soient pas trop désagréables.

Au lieu de maudire la descendance des gens sur plusieurs siècles.

Bien sûr, si tu peux faire en sorte d’éviter ces imprévus dans le futur, c’est cool.

Savoir lâcher-prise ce n’est pas devenir un paillasson.

Mais si t’as pas le choix, voilà.

Conclusion

Il est important de désamorcer ses émotions au lieu de les refouler.

Les émotions négatives sont plus ou moins différentes, mais le processus est en gros toujours le même.

Prise de recul, identification du problème, recherche de solutions, changement de façon de penser/d’agir/lâcher-prise (quand nécessaire).

Merci d’avoir lu jusqu’ici.

Et n’oublie pas.

Le mental d’abord, et le reste suit.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorem neque. dapibus ipsum elit. Aliquam dolor velit, fringilla consectetur