Comment s’affirmer pour mieux gérer ses priorités ?

saffirmer-mieux-gerer-priorites-poing
Apprendre à s’affirmer pour mieux gérer ses priorités est vital pour te construire un équilibre.
 
Ne rien refuser par peur d’être rejeté, ça me connait.
Ne pas vouloir être égoïste t’honore et vouloir aider les gens est louable.
 
En revanche, tu ne peux pas toujours être là pour tout le monde.
 
Sinon forcément tu subiras des petits soucis.
 
Voyons tout ça en détail..

Ne pas savoir s’affirmer pour mieux gérer ses priorités : Les conséquences

postit-decrivant-consequences-pas-savoir-saffirmer

La pire conséquence, c’est de devenir un paillasson.
 
Bah oui, tout le monde te marche dessus.
 
Tu deviens au service de tout le monde.
 
Le temps pour t’occuper de toi et de tes propres projets se fait rare.
 
Et forcément ça jouera sur ton bien-être et ton épanouissement.
 
Il faut par conséquent savoir s’affirmer. C’est une compétence indispensable à une vie équilibrée.
 
Nous allons voir 4 points pour débloquer la compétence “savoir s’affirmer”.

S’affirmer pour mieux gérer ses priorités | Premier point : Apprendre à dire non

tableau-juste-dire-non

 

La gestion des priorités passe aussi par le refus d’accepter de gérer les priorités des autres.
L’incapacité à dire “non” est souvent un problème d’affirmation de soi.
Et derrière la non-capacité à s’affirmer peut se cacher des peurs.
Comme la peur d’être méchant, de décevoir, la peur du rejet et d’être égoïste.
Tu peux également être biaisé par ta propre dépendance et ta façon de réagir envers les autres.
Peut-être que tu apportes ton aide comme tu voudrais qu’on t’aide.
Malheureusement, c’est pas toujours la solution.
Car la manière dont tu veux être aidé n’est pas forcément ce qu’il te faut pour trouver ton équilibre.
Voyons ces points ensemble. 

Notre conception de la gentillesse

Ta conception de la gentillesse peut te pousser à ne pas t’affirmer comme tu le devrais.
 
Certaines personnes ont une conception de la gentillesse vraiment trop simpliste.
 
Oui = gentil, non = méchant.
 
La vie est un peu plus compliqué que ça.
 
Particulièrement dans cette situation où il faut creuser et ne pas se contenter de la surface.
 
Très peu de gens veulent passer pour le méchant et c’est tout a fait normal. Seulement il faut reconsidérer cette conception quand elle te met sans cesse dans des bourbiers.
 
Parce que oui.
 
Faire passer la vie des autres avant la tienne nous met souvent dans des situations pétées.
 
Aider et céder aux caprices de tout le monde n’est pas non plus toujours à considérer comme un acte foncièrement gentil.
 
C’est une question de perspective.
 
À toi d’adopter celle que tu penses être la plus juste et la plus profitable pour les autres comme pour toi.

Il ne faut pas infantiliser ton entourage

Si tu infantilises trop les gens et que tu es toujours là pour eux en cas de besoin, tu contribues à faire d’eux des assistés.
Ce qui peut être délétère pour toi comme pour eux sur long terme.
Il s’agit aussi de savoir jauger à qui tu dois apporter ton aide et quand.
Si tu es toujours là pour les gens, ils commenceront inévitablement à croire que t’es un super héro.
C’est comme ça que ton aide est prise pour un dû. 
Pourquoi ces gens la reviennent tout le temps demander ton aide pour tout et n’importe quoi ?
 
Parce que tu es là pour eux.
 
De plus, s’il y a toujours une personne pour les aider quand ça va mal, c’est nuisible à leur autonomie.
Au lieu d’apprendre à chercher la solution seuls, la première action à effectuer au lieu de réfléchir eux-mêmes sera de t’appeler.

Un mal parfois nécessaire ?

Parfois ça va.  D’autres fois ça va moyen. Encore d’autres fois ça ne va pas.
Mais quand ça va pas, ça nous pousse à trouver des solutions pour aller mieux.
Mais si c’est toujours toi la solution, les gens vont dépendre de toi.
Forcément, il arrivera un pic dans lequel ta vie sera tellement un bourbier que tu ne pourras plus te permettre d’être là pour ceux qui en ont réellement besoin.
Car oui, certains de nos proches ont des soucis qui nécessitent vraiment un soutien.
Je ne dis pas qu’il faut penser qu’à soi. Il ne faut juste pas être présent à chaque fois qu’on te le demande et pour des tâches futiles.
Tu as le droit d’avoir des occupations, de ne pas avoir envie.
Ou encore avoir simplement envie de te reposer.

Souhaiter fondamentalement le bien d’autrui

Souhaiter fondamentalement le bien des gens à mon sens, c’est parfois les laisser face à leurs épreuves.
Qu’ils puissent développer leur autonomie, encore une fois.
C’est aussi faire confiance à notre potentiel humain de toujours pouvoir apprendre.
En surface, aider une personne qui a un problème, c’est cool.
Ça peut être gratifiant mais sur le long terme parfois c’est plus néfaste qu’autre chose. Particulièrement quand ça devient une habitude.
Si dans ton esprit tu as bien défini cette notion, tu surmonteras plus facilement l’avis des gens à ce niveau.
Tu sais que tu refuses ton aide car tu estimes que la personne peut se débrouiller toute seule. 
C’est OK.
Si elle pense que c’est uniquement par méchanceté ou égoïsme, tu auras juste à lui expliquer ton point de vue.
Les gens qui veulent vraiment progresser dans la vie comprendront. 
Ceux qui sont capricieux et assistés t’en voudront et probablement te rejetteront. Mais il ne faut pas le voir comme une perte, bien au contraire.
 
Tu gagnes du temps.
 
Beaucoup de temps.
Prendre conscience de cette notion et la reconsidérer est un début.
Ne pas vouloir être méchant peut être lié à la peur du rejet qu’on verra dans les points suivants.

Ta conception de l’égoïsme

Pareil que le premier point, ta conception de l’égoïsme peut t’empêcher de t’affirmer.
Certaines personnes concernées par ce problème ont été tellement là pour les autres.
Penser à soi-même, ne serais-ce qu’un instant peut leur sembler être égoïste.
Mais quand on remet tout dans son contexte, être égoïste, ça veut dire ne penser qu’à soi.
Savoir penser à soi n’est donc pas égoïste si tu penses aussi aux autres. C’est une nuance.
Le but c’est pas d’être un anti-social, de couper les ponts avec tous ses amis pour être à 100{57805a473d677dea85961f9ca4b3385d3928e2b85f4ab04a31fa7f51d53dd39e} focus dans ses projets.
C’est d’avoir le juste dosage.
Savoir se concentrer sur ses projets, savoir être là pour les siens et aussi pour profiter de la présence des siens.
Car la vie sociale c’est pas toujours les problèmes des autres à résoudre.
Tu dois absolument prendre conscience que penser à ta vie et à tes priorités de temps en temps ce n’est pas être égoïste, c’est juste normal.
Dans la majeur partie des cas, tu es là pour les autres, et ce n’est pas les autres qui seront là pour toi.
Pour juste cause, ils ont aussi leurs problèmes et leurs priorités.
La seule personne qui pourra être là à 100{57805a473d677dea85961f9ca4b3385d3928e2b85f4ab04a31fa7f51d53dd39e} pour toi, c’est toi.
Tu n’es pas égoïste si tu apprends à te traiter comme une priorité.
C’est indispensable pour te construire un équilibre.
Tu peux le comprendre comme ça : envoyer les gens se faire foutre, c’est bon pour la santé.

S’affirmer pour mieux gérer ses priorités | Deuxième point : Surmonte la peur du rejet

Ne pas vouloir être méchant ni égoïste et ne pas s’affirmer peuvent relever de la peur du rejet.
Je l’ai déjà abordé dans l’article sur la peur du rejet, c’est le même principe.
En t’affirmant et en refusant ton aide, tu leurs permet de t’aimer et de t’accepter même dans le refus.
Car une personne qui t’aime et qui t’accepte uniquement quand ton comportement les arrange, c’est de l’amour à la carte.
Je ne sais pas si on peut parler d’acceptation ni même d’amour.
Si une personne te garde à ses côtés uniquement parce que tu lui arranges la vie et te rejette quand tu n’es pas là sans chercher à te comprendre…
Bizarre.
 
Garde en tête que ceux pour qui tu es important chercheront à comprendre les raisons de ton refus.

S’affirmer pour mieux gérer ses priorités | Troisième point : Prépare toi pour la purge

Tu perdras peut-être quelques personnes lorsque tu commenceras à t’affirmer.
 
Si même avec des explications ils ne comprennent pas et ne veulent plus de toi dans leur vie, tu ne perdras pas grand chose.
 
Je parle comme si tu allais perdre tout ton entourage mais pas forcément, certains comprendront.
Le fait d’avoir habitué les gens à un comportement totalement docile et proposer l’inverse du jour au lendemain peut être perturbant.
 
C’est normal.
 
Les vrais resteront comme on dit.
 
Lorsque tu apprends à gérer tes priorités, tu es en phase de progresser sur tous les points de ta vie.
 
Que ce soit niveau personnel, professionnel et social.
 
Tu vas rencontrer d’autres personnes dans une toute nouvelle dynamique.
 
Des personnes qui auront l’opportunité de t’aimer pour ce que tu es vraiment.
 
Qui comprendront tes priorités et qui auront les leurs aussi. Des gens qui ne chercheront pas à dépendre de toi.
 
N’aie pas peur de laisser partir certaines personnes pour construire un entourage plus sain.

S’affirmer pour mieux gérer ses priorités | Quatrième point : Ne te laisse plus piéger par la réciprocité

Parfois, tu peux te retrouver dans une situation où ta compassion et ton empathie prennent le pas sur ta logique.
 
On nous rabâche qu’il faut se comporter comme on aimerait qu’on se comporte avec nous.
 
Mais la vie n’est une ligne toute droite.
Déjà, agir pour recevoir c’est une erreur de débutant.
 
Tu as déjà dû vivre un tas de frustrations à cause de ce schéma.
 
Une attente même minimale permet la déception.

Tout le monde n’a pas ton cœur.

Ni le même temps à consacrer.
 
Et surement pas les mêmes priorité
 
C’est normal.
 
Si tu dois gérer tes priorités, les autres aussi.
 
Ça va dans les deux sens.

Pour surmonter le piège de la réciprocité, il faut agir avec justesse et intégrité

Encore une fois, agis car tu estimes que tu dois agir, en fonction de ta morale et de ton éthique.
 
Une personne qui te fait pitié, c’est pas une personne que tu dois forcément aider.
 
Agis également sans attendre en retour.
 
Favorise la satisfaction personnelle.
 
Délecte toi du bien-être que tu apportes, mais c’est tout.

Il faut également travailler son autonomie pour surmonter le piège de la réciprocité

Fais en sorte d’avoir le moins besoin des gens au quotidien. D’être le plus autonome possible.
 
Les relations harmonieuses commencent lorsque tu n’as pas besoin de l’autre, mais que tu le désires quand même dans ta vie.
 
Si tes amis sont là pour te faciliter la vie et profiter d’elle tant mieux.
Nous sommes des êtres sociaux. La vie est plus facile quand on collabore.
Mais ça n’empêche pas d’apprendre à te débrouiller seul.
 
S’ils ne sont pas là, tu ne dois pas t’empêcher d’avancer et de prendre du plaisir.
 
Donner des rôles indispensables à des personnes qui ne peuvent pas toujours être là, c’est dangereux pour ton bien-être.

Conclusion

Apprendre à dire non est indispensable à ton bien-être.
 
Dire “non” ce n’est pas forcément méchant.
 
Dire “oui” ce n’est pas toujours gentil et profitable à toi comme aux autres.
 
Infantiliser ton entourage l’empêche de progresser.
 
Savoir penser à soi, ce n’est pas être égoïste.
 
Se faire rejeter par des personnes qui ne t’acceptent que quand tu leurs viens en aide, c’est un bénéfice.
 
Se préparer à faire la purge dans son entourage.
 
Apporte ton aide car tu penses que c’est juste et parce que tu en as vraiment envie.
 
Faire en sorte de ne jamais se sentir contraint d’aider.
 
Chercher la satisfaction personnelle plutôt que la réciprocité.
 
Être autonome te permet de ne pas dépendre des autres, et donc de ne pas agir en attente d’une réciprocité.
 
Merci d’avoir lu jusqu’ici.
Beaucoup de force pour tes projets.

2 Commentaires sur “Comment s’affirmer pour mieux gérer ses priorités ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pulvinar Phasellus leo sem, accumsan et, quis Nullam vel, eleifend